Press

Reviews

Rapides Diaprés d'Adrien Trybucki se démarque par la maîtrise d'une écriture à la fois sophistiquée et très vivante, où l'électronique en temps réel est véritablement un partenaire polyphonique de la ligne vocale

Pierre Rigaudière
Diapason, Jul 2019

the concert started right on time as the group launched into the electro-acoustic maelstrom of Adrien Trybucki's Infinite Extension (2017), a world premiere of a piece they commissioned. It was a wonderful introduction to their tight ensemble and excellent taste.

Jeremy Shatan
Aneaful, Apr 2019

Avouons notre faible pour Clastes du jeune compositeur de 25 ans Adrien Trybucki, qui séduit spontanément par un équilibre entre impact immédiat des sonorités et complexité rythmique, sans que l'on puisse prétendre avoir épuisé la richesse de l'écriture à la première écoute. Parions que cette pièce entrera dans les classiques de Musicatreize.

Jean-Christophe Le Toquin
ResMusica, Feb 2019

Da gibt es viel zerborstenes Holz – was beim Einstieg am Morgen eine visuell wunderbare Unterstützung ist für Adrien Trybuckis Spira für Streichtrio. Die Komposition des 24-Jährigen verweist mit ihrer harschen und kratzenden Geräuschhaftigkeit auf zersplitterndes Holz und lässt einen darüber nachdenken, wie weit der junge Komponist auf seinem Weg zur Identität schon gekommen ist.

Elisabeth Feller
Aargauer Zeitung, Aug 2017

sans sentimentalisme, Heroa d'Adrien Trybucki commence avec un grand éclat qui se décompose en mouvements descendants, débris du son orchestral qu'il agence à nouveau – une dramaturgie transparente et efficace

Christoph Haffter
Dissonance, Jun 2017

La seconde partie de cette soirée s'ouvre sur une création. Celle d'un jeune compositeur dont il faut absolument noter le nom. […] Une pulsation, comme obsessionnelle, fascine immédiatement. Le rythme soutient, accompagne un séduisant développement pointilliste de la couleur instrumentale. De subtils micro-événements viennent baliser la progression de cette œuvre attachante. Une tension constante habite tout son déroulement que vient conclure un impressionnant crescendo-decrescendo. En quelques minutes, un style authentique s'impose.

Serge Chauzy
ClassicToulouse, Mar 2017

Portraits and interviews